Week-end section Morvan 2017

Week-end section Morvan 2017

Jour 1:

Il est à peine plus de 7h quand nous prenons la route du Morvan pour deux jours de vélo dans la joie et la bonne humeur.

Le groupe est composé de douze cyclistes répartis en trois véhicules.

Nous arrivons à Château-Chinon en fin de matinée et après une petite collation préparée avec amour par notre président (petite salade de pâtes… recette spéciale président  J ), nous pouvons aller retirer les dossards.

C’est donc remonté à bloc que le groupe s’élance sur le parcours de ce premier jour. Au programme, 90km et 1700m de D+.

Après une bonne mise en jambe, les hostilités commencent dans une succession de petits rédars. Et oui le Morvan ne fait que monter/descendre. Il n’y a pas beaucoup de plat.

Arrive ensuite une portion de 14 km en montée par plusieurs étapes : 6km pour la montée Le Puits à 4%, 4.3 km pour Le Puits – Glux à 5% et pour finir le sommet local, le Haut Folin, 3.9km à 5%.

En fin de journée, retour sur Château-Chinon afin de se restaurer et dormir. La douche va faire du bien !!

En effet cette première journée a été sélective et des écarts sont déjà formés.

Pour visualiser le parcours voici une petite vidéo de présentation :

Jour 2 :

C’est en pleine forme que le groupe se réveil. Prêt à en découdre avec les 130 km et les 2400m de D+ de la journée.

Après un bon petit déjeuner, nous prenons la route vers l’ENFERT. Oui, oui, c’est une côte de 700m à 11% !!

Parfait pour le réveil musculaire 🙂

Vient ensuite un beau parcours vallonné qui va nous faire découvrir le sud du Morvan.

Nous allons ainsi border deux lacs et profiter de très beaux paysages. Le parcours est cependant éprouvant. La fin de la journée se fera au ralenti pour certains et à fond pour d’autres…

La journée se termine sur 5km de montée en direction de Château-Chinon ou nous attendent les DOUCHES et les véhicules.

Après une petite collation et quelques bières (il faut bien se désaltérer…) nous reprenons la route vers Paris et ses bouchons…

Pour visualiser le parcours voici une petite vidéo de présentation :

 

En conclusion, encore un bien beau week-end pour notre section et la découverte d’une bien belle région. Merci à l’organisation pour la qualité de l’accueil et du couchage ainsi qu’à Christian et Lionel pour l’organisation et la logistique.

Les photos du week-end :

Entrainement un soir dans la semaine – 17/08/2016

Entrainement un soir dans la semaine – 17/08/2016

Sortie à Longchamps

027

Pourquoi ?

C’est la possibilité en moins de 2 heures de s’entraîner, il est possible de fournir un effort soutenu seul ou en peloton, de faire tourner les jambes après une journée de boulot et aussi de voir les copains, un bon moyen de décompresser.

Ce soir c’est donc avec plaisir que je retrouve Benjamin et Florian pour rouler et nous faire mal aux jambes. Après un échauffement tranquille l’envie de hausser le rythme se fait sentir. Avec Florian nous avons sorti les vélos de contre la montre pour s’amuser. 1 tour 2, 3 puis 10 tours à plus de 40 de moyenne, nous sommes en forme tous les 3 et maintenant fatigués. Retour au calme, quelques tours pour refroidir la machine et on rentre à la maison.

A bientôt pour une nouvelle partie de manivelle !

 

Week-end Section Alsace/Vosges – 2016

Week-end Section Alsace/Vosges – 2016

Vous trouverez ci-dessous les photos du week-end de la section ACBB cyclo dans les Vosges.
Un grand merci à Christian pour les photos ainsi qu’à Géraldine et Lionel pour l’organisation sans faille 🙂

Rallye Fernand Leroy ACBB cyclotourisme – 2015

Rallye Fernand Leroy ACBB cyclotourisme – 2015

Rallye cyclisme organisé par l’ACBB cyclotourisme. Comme tous les ans, trois parcours à vélo étaient proposés, mais un peu plus long que d’habitude: 44 km, 78 km et 94 km. Le contrôle ravitaillement était une fois de plus situé à l’arrêt de bus dit « La Perruche », à la sortie de Châteaufort direction Toussus le Noble.

Il faisait beau et doux et les participants ont ainsi pu profiter de conditions de route agréables.Aucun incident ni accident est à déplorer cette année. Nous remercions tous les clubs participants, ainsi que les inscrits individuellement, et nous leur donnons à nouveau rendez-vous l’an prochain pour une nouvelle édition de notre randonnée.

Voici l’ensemble des photos prises lors du rallye organisé par la Section ACBB Cyclo , le 11 octobre 2015.
303 participants. Un record. Près de 6% de plus que l’an dernier.

Merci à Didier pour ces prises de vue.

Rallye Fernand Leroy ACBB cyclotourisme – 2014

Rallye Fernand Leroy ACBB cyclotourisme – 2014

Voici l’ensemble des photos prises lors de ce fabuleux rallye organisé par la Section ACBB Cyclo , Novembre 2014.

Merci à Christian pour ces prises de vue hors du commun.

 

Week-end Section Jura – 2014

Week-end Section Jura – 2014

WEEK-END DANS LE JURA

Samedi 21 et dimanche 22 juin 2014

Notre Gentil Organisateur Alain nous donne les détails du week-end, réservé aux adhérents de l’ACBB Cyclo, dans l’une des plus belles régions à relief de notre si beau pays. Cette année c’est au tour du Jura et cela s’est passé le week-end du 21 et 22 juin 2014. lac_de_vouglans Nous sommes partis de Clairvaux-les-lacs, qui est à environ 450 km en voiture de Boulogne-Billancourt.
Ce parcours emprunte une partie du brevet montagnard du Jura en deux jours, prévu aux mêmes dates. Son dénivelé est d’environ 3500m.

 

SAMEDI 21 JUIN – DÉPART de CLAIRVAUX-LES-LACS.
Cette première étape nous a conduit de la région des lacs jusque dans le Haut-Jura.
Après avoir côtoyé le village médiéval pittoresque d’Orgelet, ou les amateurs ont pu s’approvisionner en fromage de comté à la coopérative laitière locale, le groupe se lança sur la route longeant le lac artificiel de Vouglans (du nom du barrage monumental construit sur la rivière d’Ain) pour arriver au confluent de l’Ain et de la Bienne au village de Chancia, très fréquenté par les baigneurs, plaisanciers et pêcheurs en cette saison.
Une courte mais sympathique grimpette nous a alors offert de belles perspectives sur la vallée de la Bienne sur la route de Montcusel que nous avons quitter pour une descente très roulante sur le village de Jeurre où nous avons retrouvé la vallée de la Bienne jusqu’à Molinges.
croix de la serra Partis de 350 m altitude, nous avons  alors attaqué une longue montée régulière d’une vingtaine de kilomètres en lacets serrés jusqu’au village de Choux dont le clocher de l’église a surgit soudainement au sortir de la forêt vers 900 mètres d’altitude, perché sur son piton rocheux. Nous avons continué à monter sur le plateau (le grand bien sûr!) jusqu’au col de la Croix de la Serra sur les traces du tour de France 2010. La montée est alors devenu un peu plus sévère avant d’atteindre le village de La Pesse, station locale de ski de fond. Un dernier coup de collier et nous sommes arrivés à Bellecombe la bien nommée: la « combe » est en effet une vallée en altitude et celle-ci, située à 1250m, nous a ravit notre regard et tous nos sens. Nous avons fait étape et repris des forces avec un poulet au vin jaune ou un jambon cuit au foin dans le four local.

DIMANCHE 22 JUIN – DÉPART de BELLECOMBE.

col_de_la_faucille_haut_jura_les_rousses La deuxième étape nous a mené pour commencer la matinée par les routes tranquilles de la combe jusqu’à Lajoux et sa forêt d’où nous avons descendu dans la vallée jusqu’à Mijoux pour attaquer la montée du col de la Faucille par une belle route très roulante. Au sommet, après le coup d’œil indispensable sur Genève, le lac Léman et le Mont-Blanc (le beau temps était au rendez- vous), nous avons redescendu jusqu’à la célèbre station de ski des Rousses, au pied de la Dole et de ses pistes noires et rouges, reverdies en cette saison, et nous avons longer un moment le lac et ses plages avant de nous enfoncer dans l’épaisse forêt de conifères du Risoux. Nous avons redescendu ensuite vers la vallée de la Bienne en passant par Morez, capitale de la lunetterie. Nous avons fait une pause au km 90 sur le bord du placide lac de l’Abbaye qui invite certes au repos de l’âme mais pour nous surtout au repos du corps.
La descente finale jusqu’au bord du lac de Vouglans n’a pas posé de problème aux guerriers de l’ACBB avant de retrouver la base de départ de Clairvaux-les-lacs pour une baignade bien méritée.

Voici l’ensemble des photos prises lors de ce fabuleux weekend de la Section Cyclo dans le Jura, Juin 2014.

Merci à Christian pour ces prises de vue hors du commun.

Week-end Section Ardèche – 2013

Week-end Section Ardèche – 2013

NOTRE WEEK-END CYCLISME EN ARDÈCHE

Samedi 15 et dimanche 16 juin 2013

Cette année la section cyclotourisme de l’ACBB a décidé d’organiser son traditionnel week-end vélo en montagne dans une région qui jusqu’à présent demeurait inconnue de l’ensemble de ses cyclistes. Je préviens tout de suite, il ne s’agissait pas de l’Ardéchoise ! Nous sommes arrivés pile quand ils partaient et nous avons suivi à distance leur passage, ce qui nous a permis de bénéficier de quelques privilèges dans les hôtels… dont celui d’avoir une place pour dormir, ce qui n’est pas peu !

Cette fois, nous sommes partis tôt très très tôt le matin du samedi, car le voyage jusqu’à Privas, notre point de départ, s’annonçait long. Nous étions en tout 14 participants. Alain, Daniel et Michel sont partis la veille, et ils en ont profité pour faire quelques petits entraînements supplémentaires pendant que le reste étions encore sur l’autoroute. Et Didier S. devait nous rejoindre avec Alain son frère (notre cher « blue leader », en honneur du boulot accompli dans le massif de la Chartreuse, en 2010) directement sur place, provenant de Grenoble.

Après un voyage sans encombre, nous mangeons tous attablés sur la terrasse de l’hôtel où le trio parti vendredi soir a passé la nuit. Le patron, vraiment sympa, laissera à notre disposition une chambre avec douche le lendemain à notre retour. Le soleil tape fort et les ombres sont chères. La menace d’un orage, qui s’avère seulement ça, une menace, ne nous empêche pas de nous mettre tous sur le vélo et de nous élancer à la conquête de routes jusqu’à là inconnues de nous tous… sauf d’Alain, bien sûr, qui nous a préparé un magnifique menu découverte à travers un département riche en paysages variés et d’une grande beauté, et qui jouit encore d’une forte authenticité.

L’après-midi se déroule sans problème particulier, à part Henri qui s’est égaré dès le départ, mais que nous avons sauvé des affres de la solitude, et une crevaison dont je suis victime dans la descente du premier col. Traversée d’Antraigues en chantant « La montagne » en honneur de Ferrat, puis fabuleuse ascension vers Sagnes-et-Goudoulet, entourés d’intenses parfums de genêt qui me renvoient direct vers mon enfance. Nous logeons dans l’Auberge de Jean-François Chaneac, à plus de 1000 m. d’altitude. Ce n’est pas l’Auberge rouge, rassurez-vous, qui reste la plus célèbre du département ! La preuve, nous sommes tous encore là ! Nous goûtons aux produits locaux et, après le désastre culinaire de Morzine l’année dernière, nous savourons un bon repas dans la (bonne) fatigue et la bonne humeur.

Dimanche matin, lorsque nous allons prendre le petit-déjeuner, nous découvrons ce sympathique Christian, qui conduit le camion et qui nous suit partout avec la voiture bobo et nous prend toujours en photo, en train de courir nu-pieds dans le brouillard depuis deux heures ! Il fait un peu frisquet quand nous reprenons la route en direction du Gerbier du Jonc. A 4 km du sommet, nous faisons deux « groupes ». Hedwige et moi, qui ne nous sentons pas de faire tout le parcours prévu, décidons de couper net et prenons à gauche, tandis que tout le reste continue l’ascension. Nous suivons le cours de la Loire naissante –un petit ruisseau encore- puis nous traversons des forêts et des paysages extraordinaires, toujours avec la sensation grisante de nous trouver à l’écart du monde. Regroupement général à midi pour le déjeuner, à La Source, où le cagnard attaque de nouveau et nous avons quelques déboires avec un store que le vent menace d’emporter.

L’après-midi, le ventre plein, nous descendons vers Aubenas. Nouvelle séparation. Hedwige et moi nous retrouvons à nouveau sur un chemin plus court… mais dont on va se souvenir comme de la pire des difficultés de la journée. Sur la route de Privas, large et transitée, où les coins d’ombre pour se rafraîchir un peu peuvent se compter sur les doigts d’une main, la longue ascension sous un soleil de plomb est éprouvante. Arrivés au sommet, il ne nous reste qu’une longue et gratifiante descente à parcourir et une petite remontée pour parvenir à l’hôtel. Les autres ne tardent pas à arriver. Propres, ravitaillés, contents et satisfaits, nous prenons le chemin du retour vers 18h, sachant déjà que nous n’aurons pas regagné Paris avant minuit…

Tous, sauf les trois préposés au camion, Xavier, Christian et moi même! Quelques kilomètres au nord de Lyon le moteur lâche et nous nous retrouvons sur une bretelle de l’autoroute à attendre le dépannage. Sauf que le dit dépannage n’est pas possible in situ et on nous ramène, la nuit déjà tombée, vers un garage perdu dans la nature non loin –nous croyons comprendre- de Villefranche-sur-Saône. Là, pas de réparation possible non plus. Il faudra laisser le camion sur place. Nous comprenons que nous allons passer la nuit à l’hôtel, nous enfermons le camion, avec son trésor de vélos de course, dans un endroit protégé, et nous attendons dans la solitude le taxi qui nous ramènera à l’hôtel. Le lendemain matin, petit déjeuner royal au bord de la piscine, puis un autre taxi jusqu’à Lyon, où l’assurance a mis à notre disposition une camionnette pour pouvoir rentrer à Paris. Retour au garage de Villefranche, sans la garantie de pouvoir caser tous les vélos dans la petite camionnette, vraiment étriquée. On réussit, en démontant par ci et par là, et on quitte les lieux à midi passé, en abandonnant notre camion, trop fatigué de tant d’aventures avec nous. Xavier ira le récupérer quelques jours plus tard, toujours aux frais de l’assurance. Quand on arrive à Paris, vers 16h, il faut encore ramener la camionnette jusqu’au XVème arrondissement ! Pour nous trois le week-end aura duré donc presque un jour de plus.

Un grand merci à Alain pour avoir si bien organisé le week-end et nous avoir fait profiter de sa connaissance de la région. Merci aussi à tous les autres participants (dans l’ordre alphabétique) : Antoine, Christian, Daniel, Didier L., Didier S. (avec la participation extraordinaire d’Alain son frère), Hedwige, Henri, Laurent, Lionel, Michel, Renaud, Sergi, et Xavier, que je remercie aussi de manière particulière pour son dévouement au volant du camion et lors de son naufrage…

Vous trouverez ci-dessous, les photos du Weekend de la Section.

Merci Christian pour ces clichés de véritable professionnel !

Week-end Section Aravis – 2012

Week-end Section Aravis – 2012

QUAND ON SE RAMASSE AU COL DE LA RAMAZ BCMF DES ARAVIS

Samedi 16 et dimanche 17 juin 2012

Pour notre traditionnel week-end en montagne, cette année nous avons décidé de nous fier – une fois n’est pas coutume – aux bienfaits d’une organisation extérieure : le BCMF des Aravis, organisé par le Vélo Club d’Annecy, qui pour son XXVème anniversaire nous proposait un parcours entièrement inédit, donc différent de celui que nous avions déjà fait auparavant, en 2004 (vieux adhérents, rappelez-vous ! la bière au sommet du col des Aravis !). week end 2012-1 Nous étions 14 à partir de Boulogne samedi à six heures du matin. Jean-Marc et Didier devaient nous rejoindre directement sur place aux alentours de midi. Voyage sans incident, mais pas facile de communiquer avec les portables, puisque la moitié des numéros que j’avais consigné sur la fiche distribuée à tous les participants étaient faux ou avaient été décalés, ne correspondant plus aux personnes qu’on voulait joindre! Bien !

Pas grave, nous avons fini par nous retrouvé tous, nous avons mangé sur un parking la délicieuse salade de pâtes que nous concocte tous les ans notre président, nous avons fait un streap-tease massif derrière les voitures pour nous mettre en tenue, nous nous sommes tous alignés pour la photo de groupe (tous très beaux sous le soleil) et nous sommes partis pour la grande aventure… sauf que le temps de s’arrêter dans les toilettes pour que Laurent mette ses lentilles tout le monde avait disparu et nous nous sommes retrouvés à trois décrochés dès le départ ! Rien de très important, en comparaison avec les galères qui nous attendaient par un après-midi radiant et chaud comme je les aime…
Au sommet du premier col, on se retrouve avec Patrice et Xavier à attendre en vain Michel qui, d’après les infos rapportées par d’autres cyclistes qui les ont croisés, a percé et se trouve en train de réparer avec l’aide de Nicolas. Tout le reste sont partis devant. Regroupement partiel au ravito, situé à Bonneville. Alain, « blue leader » pour les connaisseurs, qui était venu de Grenoble avec un copain pour rouler un peu avec nous, emprunte le chemin du retour vers Annecy, tandis que nous repartons peu après, mentalisés pour attaquer la partie la plus dure de la journée, avec l’ascension du Col de la Ramaz. week end 2012-2 Les forts sont devant; loin, je présume. Michel, tout content, gonfle à bloc sa roue mais la pompe des organisateurs déconne et la nouvelle chambre explose… génial ! Nous ne l’apprendrons pas tout de suite : nous sommes déjà en train d’approcher dans la bonne humeur la GRANDE difficulté du parcours, le Col de la Ramaz, que nous attaquons quelques kilomètres plus tard, côté Mieussy. Dès les premières rampes, la couleur est annoncée: c’est la débandade. Sous un cagnard ignoble, à quatre heures de l’après-midi, nous sentons que la lutte sera terrible. Je dépasse et je me laisse dépasser. Je pose pied à terre, profitant d’un virage accueillant, je bois, je me douche avec mon bidon et je continue. Je laisse derrière moi Patrice, qui a décidé de s’arrêter un quart d’heure à l’ombre pour reprendre ses esprits. Un peu plus haut, Lionel et Géraldine arrivent à ma hauteur avec la voiture, histoire d’encourager et prendre des nouvelles. Il fait une chaleur terrible et j’ai des frissons et la chair de poule. Je m’arrête à nouveau, je bois et je me douche encore, j’écoute les conseils du président et les nouvelles du front. Les troupes de l’ACBB sont partout! Je reprends la route mais le courage me lâche au bout de quelques encablures et je finis par mettre pied à terre à nouveau et continuer à pied. Je suis près des célèbres tunnels, où la pente est de 13%. Renaud est parti devant depuis longtemps, immuable, comme un roc. Laurent, que je croyais devant mais qui était perdu derrière, me dépasse à 5 à l’heure, maillot grand ouvert, et se moque gentiment. Patrice aussi est revenu. Après les tunnels la chose semble plus abordable et je me remets sur le vélo… pour m’arrêter au bout de cinq minutes à la vue de quelques camarades attablés devant des superbes cocas, et me lancer moi-même sur le comptoir et supplier pour avoir le droit, moi aussi, à mon coca. Après ce repos tant mérité, nous atteignons le sommet du col –décidément, il portait bien son nom !- et nous descendons un peu jusqu’au deuxième ravito, à Praz-de-Lys. Là nous retrouvons Michel qui, le malin, s’est fait transporter en camion, car les organisateurs l’ont repêché sur les premières pentes infernales au bord de l’insolation. Il est déjà tard et nous prenons la décision d’escamoter la difficulté suivante, le col de l’Encrenaz, et de descendre directement sur Les Gets puis Morzine, où nous attendent les autres et la douche. J’apprends que quelques fous n’en avaient pas assez et sont allés se mesurer à Joux-Plane, deux côté Samoëns (encore du 13% pour Rodolphe et Thibault) et un autre (Antoine) côté Morzine. Laurent, qui n’a pas voulu céder un seul kilomètre de parcours, arrive depuis l’Encrenaz tard, tard, tard…

A Morzine, les chambres sont correctes, mais la nourriture va s’avérer infecte. Même les pizzas sont immangeables! Seules les bières nous consolent de la débâcle! Et nous ne perdons pas la bonne humeur, bien sûr, en remémorant les exploits de la journée…

Le lendemain, tous regroupés, nous repartons pour plus de 100 km de vélo qui doivent nous ramener à nouveau jusqu’à notre point de départ à Annecy. Après le repos de la nuit, et dans la fraîcheur du matin, la première et principale difficulté de la journée, le col de Joux-Verte, nous réconcilie tous avec le plaisir de grimper. week end 2012-3 Rien à voir avec la misère de la veille ! Ravito agréable à Avoriaz, puis descente(s) vertigineuse(s) vers Morzine, Les Gets, Tanninges et, après le col du Châtillon, vers Marinier, où un copieux repas nous attend. L’après-midi, de nouveau sous le cagnard, nous entamons la longue mais gentillette ascension vers Saint Jean de Sixt et le Grand-Bornand, pour nous lancer ensuite sur des nouvelles descentes. Les rapides sont partis à la conquête de la Colombière, que je regarde intimidé depuis la fontaine au Grand Bornand. Après un dernier ravitaillement, où tout le monde s’est regroupé, dernière partie du parcours et arrivée somptueuse sur les bords du lac d’Annecy, que nous longeons un bon moment avant de rejoindre la ligne d’arrivée, aussi contents et bien moins épuisés que la veille.
week end 2012-4 Après le réconfort à l’arrivée, et la douche pour quelques uns, nous rentrons sur Paris, où nous arrivons, sans encombre ni problème particulier, dimanche sur le coup de dix heures du soir, la tête remplie de paysages fabuleux et de souvenirs inoubliables, et les jambes en compote, mais prêtes à recommencer…

Merci à tous les participants au week-end, que ce soit sur le vélo ou en tant que accompagnateurs. Dans l’ordre alphabétique, et j’espère n’oublier personne: Antoine, Daniel, Didier (avec la participation extraordinaire d’Alain son frère et d’un copain), Géraldine, Henri, Jean-Marc et son épouse, Laurent, Lionel, Michel, Nicolas, Patrice, Renaud (et son beau-père Raymond), Rodolphe, Sergi, Thibault et Xavier.

Ci-dessous, vous trouverez les photos du week-end.